Il y a exactement 80 ans, 500 000 républicains espagnols franchissaient les Pyrénées…

Il y a exactement 80 ans, 500 000 républicains espagnols franchissaient les Pyrénées…

Il y a exactement 80 ans, 500 000 républicains espagnols franchissaient les Pyrénées. Tristes commémorations d’un accueil français particulièrement odieux à l’heure où l’Espagne veut retrouver sa mémoire de la guerre civile.

En ce petit matin du 7 avril dernier, ils étaient nombreux dans les Pyrénées atlantiques à se retrouver à Gurs, là où, il y a exactement 80 ans, la IIIe République « inaugurait » l’ouverture de ce camp de transit pour les réfugiés espagnols rescapés de la terrible guerre civile. Survivants, leurs enfants, petits-enfants, drapeaux rouge-jaune-violet de la République espagnole, vert-rouge-blanc des Basques, ainsi que les étamines couvertes d’honneur des combattants espagnols de la 2e D.B. de Leclerc et des maquis du grand sud flottaient au vent. Camp de « transit », doux euphémisme pour vingt-cinq camps disséminés dans tout le sud de la France, construits en urgence en ce printemps 1939 par une Troisième République qui semblait se satisfaire de l’assassinat financier du Front populaire, avant de s’auto-dissoudre à Bordeaux quelques mois plus tard, se jetant dans les bras du sauveur de Verdun, un certain maréchal Pétain qui fut le premier ambassadeur de la République française auprès du gouvernement franquiste de Burgos en 1938 !

De transit, ils n’avaient rien, ressemblant à ces immondes baraques que le Reich avait déjà construites dans l’Allemagne nazie dès 1933. A Gurs, 25 000 Espagnols, essentiellement des Basques, s’y installeront dans le froid, les rations de misère, les coups des gendarmes. Ils seront rejoints par les Juifs étrangers (dont Hannah Arendt) raflés par Vichy. Sur les plages d’Argelès, femmes et enfants dormiront à même le sable alors qu’en ce printemps particulièrement froid, le thermomètre passera sous le zéro.

Avec le régime de Vichy la situation des emprisonnés va se détériorer. Mais avec l’occupation de la zone libre en novembre 1942, les malheureux passent sous la botte allemande. Des milliers d’entre eux seront directement envoyés dans les camps de la mort. Les autres, esclaves modernes, construiront la base sous-marine de Bordeaux et une partie du mur de l’Atlantique.

LIRE LA SUITE

 

 

Inauguration de la nouvelle stèle à la mémoire des enfants d’Izieu

Inauguration de la nouvelle stèle à la mémoire des enfants d’Izieu

Le 6 avril 1944, 44 enfants juifs et leurs accompagnateurs étaient raflés dans leur refuge à Izieu et conduits à la prison de Montluc avant d’être déportés à Auschwitz où ils furent gazés. 75 ans après, la Ville de Lyon souhaite leur rendre hommage en érigeant un mémorial place Carnot, lieu central de la vie lyonnaise.

Cet acte fort, symbolique et concret à la fois, a été décidé suite à la profanation de la stèle en leur mémoire en août 2017. Elle était installée dans le « jardin des 44 enfants d’Izieu » (inauguré en 2010 et qui conservera sa dénomination), situé derrière le Centre d’histoire de la Résistance et de la Déportation (7e arrondissement).

La décision de réaliser une nouvelle stèle et de la déplacer avait alors été prise par la Ville en concertation avec les associations. La place Carnot a été choisie à la fois pour des raisons de sécurité -l’emplacement est surveillé par des caméras- et pour des raisons historiques puisque le mémorial se situera désormais près de la gare de Perrache d’où les enfants sont partis vers les camps de déportation. Enfin, cela donnera une visibilité forte à ce lieu de mémoire au coeur de la ville. La nouvelle stèle installée sur la pelouse centrale de la place, sera accompagnée de deux panneaux informatifs sur l’histoire tragique des enfants d’Izieu.

Le nouveau mémorial a été inauguré le lundi 8 avril en présence de Beate et Serge Klarsfeld qui ont joué un rôle majeur dans la reconnaissance de cette rafle, puisqu’ils ont permis d’identifier Klaus Barbie comme le donneur d’ordre.

LIRE LA SUITE

Le Fort-Mahonnais Guy Richard est décédé

Le Fort-Mahonnais Guy Richard est décédé

Guy Richard, 93 ans, est décédé mardi 2 avril à la résidence de la Colagne, à Marvejols en Lozère. Originaire de Fort-Mahon-Plage, il est resté célèbre pour avoir traversé la manche vers l’Angleterre en 1941, avec son frère et deux amis, à l’âge de 15 ans, à la barbe des Allemands. Arrivés en Angleterre, Guy Richard et ses amis ont intégré l’école des cadets de la France libre et se sont battus. Guy Richard était le dernier membre encore vivant de cette folle équipée.

Guy Richard est resté une figure locale après la Guerre. Au 1er janvier 2019, il faisait partie de la promotion de la Légion d’Honneur, élevé au grade de chevalier pour son action héroïque et de président d’une union locale d’anciens combattants avec 77 années de service. « C’est une grande fierté, une reconnaissance pour l’engagement de ces jeunes », commentait alors le maire de la station balnéaire, Alain Baillet. Guy Richard était revenu dans la station en 2015, où il avait été accueilli en héros.

La cérémonie de remise de la Légion d’honneur s’était déroulée samedi 16 mars, en Lozère. Guy Richard a été décoré par la préfète Christine Wils-Morel en présence d’une délégation d’anciens des missions extérieures, venus depuis Fort-Mahon-Plage. Guy Richard était également décoré de la médaille de la résistance Française, la médaille des services volontaires dans la France libre, et la médaille des Évadés.

Selon ses dernières volontés, Guy Richard sera inhumé dans le caveau familial au cimetière de Fort-Mahon-Plage. Une cérémonie hommage aura lieu vendredi 5 avril, à 10h30, sur la plage de Fort-Mahon, symboliquement là où une plaque marque l’endroit d’où les jeunes sont partis en 1941. Le cortège se rendra ensuite au cimetière.

LIRE LA SUITE

L’histoire du Maquis Antoine fortement appréciée du public

L’histoire du Maquis Antoine fortement appréciée du public

La MJC proposait dimanche dernier un documentaire rencontre, de Patrick Trouche, dans la nouvelle salle de projection de l’Espace Saint-Exupéry, salle “Vol de Nuit”, place de l’Esplanade à La Primaube. Le public a apprécié la petite histoire d’un maquis aveyronnais et tarnais, le Maquis Antoine, dans la grande histoire de la Résistance française. L’association “Les Compagnons de Villelongue” (Cabanès, Aveyron) qui regroupe les anciens résistants et combattants du Maquis Antoine, proposait ce film retraçant les évènements vécus par ce groupe, qui se sont déroulés dans le Tarn et l’Aveyron, dès 1943 jusqu’à août 1944, puis la contre-attaque en Alsace jusqu’à l’occupation de l’Allemagne et de l’Autriche en 1945. La projection a été suivie d’un échange avec un bénévole de l’association.

Ajaccio : Bientôt les 18èmes rencontres “Cinéma-Histoire”

Ajaccio : Bientôt les 18èmes rencontres “Cinéma-Histoire”

C’est la seconde Guerre mondiale la vrai protagoniste des 18èmes Rencontres-Cinéma-Histoire d’Ajaccio.

des Outre les films habituellement destinés aux scolaires – Le journal d’AnneFranck et LaVague,il y aura au programme la montée du fascisme dans l’Entre- deux-guerres en Italie – Le jardin des Finzi Contini ; les relations entre Hitler et Mussolini, – L’opéra des assassins ; l’occupation par l’armée italienne en Corse – Liberata ; les déboires lourds de drames pour l’armée italienne après qu’elle ait capitulé et qu’elle dut subir la vindicte de son ex-alliée allemande -Capitaine Corelli ; la vengeance aussi des Alliés vainqueurs à l’encontre de l’armée du IIIème Reich vaincue, particulièrement contre des jeunes soldats prisonniers – Les oubliés ; oubliée aussi la Résistante – Sofia Jancu, la maîtresse de Gabriel Péri, fusillée par les nazis ; et enfin, – Peu m’importe si l’histoire nous considère comme des barbares – qui raconte l’histoire du massacre de 20.000 juifs à Odessa par l’armée roumaine, et le déni encore aujourd’hui de ce crime par les Roumains.

L’idéologie nationale-socialiste fut largement répandue en Europe et dans le monde de l’Entre-deux-guerres. Mais comment le fascisme a-t-il pu séduire autant d’Italiens au point de porter Mussolini au pouvoir ? Ça ne rend que plus méritoire la résistance de ceux qui s’opposèrent à la dictature, contraints parfois de quitter leur pays. La Corse en accueillit de ces fuorusciti. Certains -27 hommes- de passage dans l’île pour rejoindre les Brigades Internationales en Espagne, d’autres pour y demeurer et qu’on retrouvera dans la Résistance insulaire ou enrôlés dans l’armée française. C’est précisément à la Résistance italienne et aux fuorusciti antifascistes, ceux de Corse particulièrement, à qui nous voulons rendre hommage cette année en invitant des représentants de l’Associazione Nazionale dei Partigiani d’Italia, Piero Cossu et Antonio Polo.

Mais ça ne saurait faire oublier la dureté de l’occupation italienne en Corse. Même étalonnée sur celle paroxystique des nazis, elle ne fut pas pour autant indolore : une cinquantaine de Résistants corses tués, un demi-millier de déportés.

Et la capitulation italienne acquise, quel fut le comportement des troupes italiennes ? dans son rapport avec la population des pays occupés et avec l’armée allemande qui n’a pas pardonné sa défection à son ex-allié et s’est vengé cruellement comme en Céphalonie. La Corse aussi a été un des théâtres de leurs affrontements meurtriers : plus de 600 morts italiens durant les combats libérateurs du 8 septembre au 4 octobre. C’est trois fois plus que les morts Résistants et soldats français réunis.

Lyon : des croix-gammées et des tags racistes non loin du Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation

Lyon : des croix-gammées et des tags racistes non loin du Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation

A Lyon, en pleine rue, des croix-gammées et des tags racistes ont été découverts par dizaines avenue Berthelot, à proximité du Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation, vendredi 5 avril : plusieurs commerces étaient notamment visés.

Par Renaud Gardette

Des croix-gammées ont été taguées à Lyon, vendredi 5 avril, au niveau de l’avenue Berthelot. La découverte a eu lieu à proximité du Centre d’Histoire de la Résistance de la Déportation, mais pas sur les lieux même du site. En tout, plus d’une vingtaine d’inscriptions néo-nazies, et des tags racistes ou xénophobes.
Ce sont notamment des commerces comme un coiffeur, un restaurant ou un cabinet infirmier qui ont été visés.

Pour l’instant aucune information sur la ou les personnes qui seraient à l’origine de ces dégradations. La zone concernée est assez vaste, et s’étend de la place Jean-Macé jusqu’à Garibaldi.
“Nos origines dérangent”

Naima est la gérante du Barber Shop. Un employé l’a prévenu au petit matin. “Je suis d’origine maghrébine, même si je suis française à 100%” dit-elle, une croix gammée peinte en orange sur sa vitrine. “J’étais choquée, çà ne se fait plus ce genre de choses. Je suis tombée des nues. J’aimerais bien qu’il y ait des caméras (de vidéo-surveillance). Nos origines, ça dérange maleureusement. On a été ciblés, il y a aussi un restaurant africain ! Aujourd’hui c’est des tags, et demain ?”

Cette victime se pose une question: “Qui sont ces gens ? Quel est leur profil ? C’est çà qui m’inquiète. Il faut identifier ces gens.”

LIRE LA SUITE
Une histoire oubliée de la guerre d’Espagne !

Une histoire oubliée de la guerre d’Espagne !

À la fin du formidable film : « Le silence des autres », je repensais à cette violence méconnue qui avait balisé la dictature sanglante qui s’éternisa en Espagne durant une quarantaine d’années après le « golpe » du 18 juillet 1936 !

On a longtemps ignoré le drame qui avait bouleversé la vie de nombreuses familles durant et après la guerre civile ! Ma famille avait fui leur terre natale depuis ce fatidique 18 juillet 1936, elle ne traverserait plus jamais la frontière car Franco avait interdit aux exilés « rouges » de retourner en Espagne !

Dans ma jeunesse, j’avais passé quelques jours du côté de Donostia. Je me souviens des conseils que mon oncle m’avait demandé de suivre à la lettre lorsque je sortais dans la « calle ». Je devais tout simplement éviter de parler car des oreilles franquistes indiscrètes étaient toujours à l’affût de la moindre rumeur ! Mais le sanguinaire dictateur pouvait dormir sur deux oreilles, que je ne risquais pas de lui couper à la sortie d’une éventuelle faena, tant mon espagnol était pauvre ! Et je n’allais pas me risquer à parler français pour ne pas dévoiler mes origines suspectes aux yeux de la Guardia civil ! Et puis j’avais la trouille …

J’avais noté que certains de mes cousins s’étaient bien accommodés de la dictature. Et il n’était pas question de leur parler politique, puisque le fait d’appartenir aux Jeunesses communistes à l’époque m’aurait valu de sérieux ennuis avec la police politique s’ils avaient révélé cet état. Il fallait se méfier de tout le monde dans ce pays englué dans la servitude acceptée du franquisme, servitude bénie par les fanatiques du goupillon !

C’est ainsi que la guerre d’Espagne disparut définitivement de ma vie durant une bonne trentaine d’années jusqu’à un fameux congrès syndical …

LIRE LA SUITE

L’écrivain Patrick Grainville au musée !

L’écrivain Patrick Grainville au musée !

Patrick Grainville, invité de la médiathèque de Châteaubriant, s’est rendu en visite au Musée de la Résistance le samedi 23 mars dernier. De passage à Châteaubriant dans le cadre de la Fête des bibliothèques et médiathèques, organisée par la Communauté de Communes, il a souhaité découvrir ce lieu emblématique de l’histoire castelbriantaise. Racontée par « Mimi », gardienne du site qui y vit depuis près de 25 ans, cette histoire l’a beaucoup touché.