Month: April 2019

diffusion du film “Parce que j’étais peintre”

diffusion du film “Parce que j’étais peintre”

Dans le cadre de la nouvelle programmation “Imaginer pour résister” du Mémorial des Déportés de la Mayenne, notre association propose la diffusion du film “Parce que j’étais peintre”, le mercredi 24 avril à 20h au cinéma le Vox de Mayenne (5,6€) et le jeudi 25 avril à 19h30 au cinéville à Laval (5€), avec la présence exceptionnelle du réalisateur, Christophe COGNET. Chaque projection sera suivie d’un débat.

Ce film remarquable mène une enquête inédite parmi les oeuvres réalisées clandestinement dans les camps nazis. Vous trouverez ci-joint le synopsis ainsi que des informations complémentaires sur ce film. Ci-dessous le lien de la bande annonce : https://www.youtube.com/watch?v=1hlhkL0iZ1M

Ces diffusions sont organisées en partenariat avec la Cinéligue53 et les cinémas de Mayenne et Laval.

Nous profitons de cet email pour vous indiquer qu’une nouvelle exposition temporaire “Imaginer pour résister” est visible au Mémorial depuis le 6 avril. Le Mémorial est ouvert à la visite du mardi au samedi et le 1er dimanche du mois de 14h à 18h.

Association pour le Mémorial de la Déportation
Mémorial des Déportés de la Mayenne
23 rue Ambroise de Loré
53100 MAYENNE
02 43 08 87 35

Site Internet : www.memorial-des-deportes-mayenne.fr

Retrouvez nous aussi sur la page Facebook du Mémorial (lien sur le site Internet)

Le Mémorial des Déportés de la Mayenne est ouvert du mardi au samedi et le 1er dimanche de chaque mois de 14h à 18h. Venez découvrir l’exposition temporaire “Imaginer pour résister !” visible en ce moment au Mémorial. 

TÉLÉCHARGER LE DOCUMENT

Conférence : “Combattants coloniaux pendant la Seconde Guerre mondiale (1939-1945)”

Conférence : “Combattants coloniaux pendant la Seconde Guerre mondiale (1939-1945)”

Le mémorial du Mont-Valérien vous informe de sa prochaine conférence qui verra l’intervention de Julie Le Gac sur le sujet des « Combattants coloniaux pendant la Seconde Guerre mondiale (1939-1945) ». Cette rencontre aura lieu au sein de la salle Chateaubriand de la préfecture des Hauts-de-Seine à Nanterre, le mercredi 17 avril, à 18h30.

Déconstruire les représentations, contextualiser et objectiver, voilà l’exercice que Julie LE GAC va mener sur la thématique des « combattants coloniaux » et leurs mobilisations pendant la Seconde Guerre mondiale.

L’historienne abordera à la fois la mobilisation des populations issues de l’empire colonial français dès 1939, le massacre des soldats noirs par les troupes allemandes en 1940 et le cas des prisonniers de guerre. Son intervention sera complétée par l’explication des représentations existantes autour de la contribution des soldats coloniaux pour la libération de l’Europe.

Son intervention permettra de mettre en lumière les parcours des combattants coloniaux mobilisés pendant la Seconde Guerre mondiale, dont il est, encore aujourd’hui, nécessaire de comprendre la complexité et l’importance.

Historienne, Julie LE GAC est maîtresse de conférences au sein du département Histoire de l’Université Paris Nanterre. Enseignante-chercheuse, elle est notamment l’auteure de l’ouvrage pionner « Vaincre sans gloire, le corps expéditionnaire français en Italie (novembre 1942-1944) » (éditions Les Belles Lettres / Ministère de la Défense – DPMA).

Un temps d’échanges avec le public permettra de répondre aux questions et interrogations afin d’apporter l’éclairage nécessaire sur cette période parfois peu connue et complexe.

L’entrée aux conférences est gratuite. L’inscription auprès de la préfecture des Hauts-de-Seine est nécessaire (reservation@mont-valerien.fr)

Hommage à la mémoire des étudiants et lycéens Résistants morts pour la France

Hommage à la mémoire des étudiants et lycéens Résistants morts pour la France

 

 Jeudi 16 mai 2019 de 16 h à 17 h

Jardin du Luxembourg

(Entrée Odéon, rue de Vaugirard, face au Théâtre de l’Odéon)

Sous la présidence de Monsieur Gérard Larcher, Président du Sénat.

En présence de Monsieur Gilles Pécout, recteur de la région académique

Île-de-France, recteur de l’académie de Paris, chancelier des universités de Paris.

Avec la participation des élèves des lycées et collèges

Pierre Alviset, de l’Europe-Jean Monnet (Bourg-de-Péage, Drôme),

Jacques Decour, Henri Matisse, Voltaire

 et

l’Institut National des Jeunes Aveugles.

JNR 27 MAI/1944-2019 : 75 ANS DE LA LIBERATION DE PARIS !

JNR 27 MAI/1944-2019 : 75 ANS DE LA LIBERATION DE PARIS !

“Le premier accroc coûte deux cents francs” par la compagnie Le Lampion présente le 27 mai Place de la République avec un extrait à 16 h et à 20 h ce spectacle sera intégralement interprété à la Bourse du travail, salle Eugène et Germaine Henaff, 85, rue Charlot-PARIS 3e

 

 

1944-2019: 75 ANS DE LA LIBERATION – JNR 2019, le 27 mai, place de la République !

1944-2019: 75 ANS DE LA LIBERATION – JNR 2019, le 27 mai, place de la République !

1944-2019: 75 ANS DE LA LIBERATION
JNR 2019, le 27 mai, place de la République !

Merci à Jeanne Puchol, auteure de bande dessinée et illustratrice française, pour ce dessin évocateur de la libération de Paris avec Madeleine RIFFAUD, Michel TAGRINE et Robert ENDEWELT (jeanne-puchol.blogspot.com)

Conférence sur les lettres de Louise Pikovsky à Paris

Conférence sur les lettres de Louise Pikovsky à Paris

En 2010, lors d’un déménagement au sein du lycée Jean-de-La-Fontaine, dans le 16e arrondissement de Paris, des lettres et des photographies ont été trouvées dans une vieille armoire. Enfouis là depuis des dizaines d’années, ces documents appartenaient à une ancienne élève, Louise Pikovsky.

Son dernier courrier date du 22 janvier 1944, jour où elle est arrêtée avec sa famille.

http://webdoc.france24.com/si-je-reviens-un-jour-louise-pi…/

Parution de “La lutte clandestine en France. Une histoire de la Résistance, 1940-1944”

Parution de “La lutte clandestine en France. Une histoire de la Résistance, 1940-1944”

La lutte clandestine en France. Une histoire de la Résistance, 1940-1944″ sera présenté le 27 mai en fin d’après au MRN avec les auteurs

Si l’histoire de la Résistance ressemble à certains égards à d’autres épisodes – par le volontariat de ses protagonistes, par le caractère entier de leur engagement, par les solidarités nouées au cœur d’une action dangereuse, par les difficultés des acteurs à partager cette expérience –, sa nature souterraine lui confère une singularité radicale, en rupture avec tout ce qui a précédé.
Tout en suivant la trame chronologique de la période, depuis les premières manifestations du refus en 1940 jusqu’aux libérations du territoire à l’été et à l’automne 1944, c’est bien une approche anthropologique du phénomène qui a été privilégiée. Elle conduit à mettre l’accent sur la densité extrême du temps résistant, à scruter ses pratiques et ses sociabilités, à interroger aussi les liens qui se tissent peu à peu avec la société. Soumis à un danger permanent et sans modèle préalable auquel se référer, l’univers clandestin de la Résistance, enfoui et invisible, n’aura en fait jamais cessé d’inventer sa propre action. Il a généré des expériences d’une extrême variété tout en exposant tous ses protagonistes, où qu’ils aient œuvré, à des risques identiques et mortels.
Date: avril 2019
Auteurs:
Sébastien Albertelli, Julien Blanc et Laurent Douzou également commissaires associés à la Future exposition du Musée de la Résistance nationale qui sera inaugurée à l’Espace Aimé Césaire à Champigny sur Marne”
Editions du Seuil

Résister, espérer, s’engager

Résister, espérer, s’engager

Résister, espérer, s’engager, tel était le thème du troisième projet des salariés en parcours de Poe (Portes ouvertes emploi) pour l’exposition « Femmes en résistance en Deux-Sèvres » présentée, jusqu’au 14 avril, dans la Grange de Bouillé-Saint-Paul, sur la commune de Val-en-Vignes. En partenariat avec le Centre régional Résistance et Liberté (CRRL) et la Compagnie de théâtre « L’Ouvrage », ils se sont appropriés l’histoire de la Résistance et les techniques théâtrales pour faire entendre leur voix et oser l’engagement citoyen.
Lors du vernissage de l’exposition, les salarié(e)s ont exposé à tour de rôle, à des petits groupes d’une vingtaine de personnes, le parcours de onze Deux-sévriennes au cours de la Deuxième Guerre mondiale. « Nous allons vous dévoiler l’histoire de ces femmes, engagées dans la résistance française, qui sont restées dans le silence…» Le 3 septembre 1939, la France, en effet, entre en guerre contre l’Allemagne nazie, mais l’armée française est défaite au printemps 1940. Ce sera dès lors l’occupation allemande, le régime de Vichy et la traque du peuple juif. Bien que privées de droits civils et politiques, des femmes s’engagent contre l’oppression pour rester debout et retrouver l’espoir de vivre libre, elles combattent aux côtés des hommes,  faisant preuve d’audace pour défendre leurs idéaux.
« Nombre de ces femmes sont tombées dans l’anonymat mais grâce à leur courage, à leur action, elles ont ouvert la voie à de nouveaux droits fondamentaux, le droit de vote et la possibilité d’être élues, le droit à la contraception puis le droit à l’interruption volontaire de grossesse. Il était important pour nous de donner la parole à ces femmes […]. Elles nous ont permis de nous dévoiler et de nous révéler des qualités insoupçonnées. Nous sommes fières, heureuses et heureux d’avoir participé à ce projet » concluent les salarié(e)s en citant Lucie Aubrac : « Résister se conjugue au présent ».
Poe : 7, rue Anne-Desrays, Thouars. Tél : 05.49.66.7670, courriel : www.poe79.fr.