Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation

Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation

Jeu à Lyon Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation de Lyon, 21 septembre 2019-22 septembre 2019, Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation de Lyon .

Jeu à Lyon du samedi 21 septembre au dimanche 22 septembre à Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation de Lyon
Découvrez les figures, les grands événements et les anecdotes de la Résistance à Lyon à travers un jeu de plateau coopératif. À la tête d’un mouvement de Résistance, chaque participant réalise des missions et des actions grâce aux ressources matérielles et financières fournies par Jean Moulin et Londres. Mais attention, la répression s’intensifie tour après tour et les mouvements doivent éviter l’arrestation et le démantèlement du réseau jusqu’à la Libération de la ville.

Durée : env. 1h en continu
Engagez-vous dans la Résistance à Lyon et déjouer la répression pour libérer la ville !
Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation de Lyon 14, avenue Berthelot, 69007 Lyon, Métropole de Lyon, Auvergne-Rhône-Alpes Lyon Métropole de Lyon

Cherbourg : une exposition fait la part belle à la Résistance

Cherbourg : une exposition fait la part belle à la Résistance

Jusqu’à jeudi soir, une exposition consacrée à la Résistance est visible au Cercle Chantereyne de Cherbourg.

Vingt-cinq panneaux, dix vitrines, des documents et armes d’époque… L’exposition consacrée à la Résistance au Cercle Chantereyne de Cherbourg devrait ravir les curieux.

Lire aussi : 75e anniversaire de la Libération : les festivités continuent à Cherbourg

Marcel Lajoie, président du comité d’entente est à l’origine de cette exposition pour laquelle les objets ont été prêtés par des particuliers notamment.

Il explique :

Avec le 75e anniversaire du Débarquement, on a beaucoup parlé des Américains et c’est une très bonne chose. Mais je ne veux pas non plus qu’on oublie la Résistance française, ces gens qui ont réalisé un très gros travail en amont.

La date de la sortie de l’exposition n’a pas été choisie au hasard, puisqu’elle coïncide avec la libération de Cherbourg, le 26 juin 1944.

Exposition visible jusqu’au jeudi 27 juin au Cercle Chantereyne de Cherbourg, salle Le Redoutable. Ouverture de 13 h 30 à 17 h 30. Entrée gratuite.

De nombreux objets de collections sont exposés. (©Thibault HOULETTE)

 

Marguerite Marie Michelin, une vie d’engagement

Marguerite Marie Michelin, une vie d’engagement

Marguerite Marie Michelin une vie d’engagement Musée de la Résistance, 21 septembre 2019-21 septembre 2019, Musée de la Résistance .

Marguerite Marie Michelin une vie d’engagement Musée de la Résistance, le samedi 21 septembre à 14:00
A l’occasion des Journées européennes du patrimoine 2019, le musée de la Résistance présente de façon exceptionnelle les effets de Déportation au camp de concentration de Ravensbrück de Marguerite Marie Michelin.

Manuel Rispal, historien de terrain, donnera une conférence à 15 h sur l’engagement de cette femme admirable. Entrée libre sous réserve de places disponibles
A l’occasion des Journées européennes du patrimoine 2019, présention exceptionnelle des effets de Déportation de Marguerite Marie Michelin, suivie d’une conférence donnée par Manuel Rispal.
Musée de la Résistance 7 place Beaulieu 63400 CHAMALIERES Chamalières Puy-de-Dôme

EN SAVOIR PLUS

Dévoilement d’une plaque à la mémoire de Robert Endewelt

Dévoilement d’une plaque à la mémoire de Robert Endewelt

Dévoilement ce matin d’une plaque à la mémoire de Robert Endewelt résistant du réseau MOI-FTP, militant communiste, Président de l’association des amis parisiens du Musée de la résistance de Champigny, vice Président délégué du nouveau Comité parisien de Libération !
Parmi les participants étaient présents les élus du 19e et de Paris: Catherine Vieu Charier, Joyce Malai, François Dagnaud, Roger Madec, Pierre Laurent, Nicolas Bonnet Ouladj, Mahor Chiche, Philippe Nawrocki et de nombreuses organisations: UJRE, MOI-MRJ, ANACR, PCF 19e, Comité d’entente du 19e, FNACA, Amis parisiens du MRN, Amicale de Châteaubriant-Voves-Rouillé, Musée de la Résistance Nationale, CPL, MRAP Paris, RESF …….. entourant toute la famille de Robert avec sa fille, Simone, sa petite fille et son fils; Monette Neron, sa compagne et ses deux enfants.

Pour rappel, cette proposition a été à l’initiative de Fanny Gaillanne et Sergio Tinti, conseillers de Paris communistes et validée par le conseil d’arrondissement du 19e puis par le Conseil de Paris

Louise Losserand

Louise Losserand

 

Louise, dite “Louisette”, LOSSERAND, née Marié – 31757

JPEG - 78.9 ko
Photographiée à Auschwitz-I, le 3 février 1943,
selon les trois vues anthropométriques de la police allemande.
Musée d’État d’Auschwitz-Birkenau, Oświęcim, Pologne.
Collection Mémoire Vive. Droits réservés.

Une enfance marquée par la guerre de 1914

Louise Marié naît le 23 février 1904 à Paris 11e, dans une famille de sept enfants.

Après les inondations de 1910, la famille déménage à Montreuil-sous-Bois (Vale-de-Marne). À la guerre de 1914, les écoles sont réquisitionnées par l’armée.

L’engagement

En 1922, Louise épouse Raymond Losserand, fourreur de profession.

En 1937, il est élu conseiller municipal communiste du 14e arrondissement.

La Résistance et l’arrestation

Le couple s’engage dans la Résistance. En avril 1942, Raymond Losserand est désigné comme commissaire politique des FTP de la région parisienne, en remplacement de Louis Marchandise, arrêté le 10 février avec Spartaco Guisco.

Retrouvée après avoir échappé une première fois à la police française, France Bloch-Sérazin [1], chimiste et “artificier” du groupe, est filée du 28 mars au 16 mai 1942, conduisant involontairement aux combattants et aux dirigeants qu’elle rencontre : Émile Besseyre, Gaston Carré et Losserand, éphémères commissaires du triangle de direction qui, deux mois seulement, a conduit sur Paris l’ensemble des partisans ; Henri Douillot, dit « Dumas », responsable des stocks d’armes et de munitions, est également repéré.

Le 14 mai, Émile Besseyre est arrêté par des agents du commissariat de Puteaux, ce qui oblige la BS2 (brigade spéciale) à lancer son coup de filet.

Le 16 mai, Raymond Losserand est arrêté à son domicile clandestin, à Paris. L’ensemble du groupe de Résistance Douillot-Losserand tombe alors : près de 70 résistants, parmi lesquels Émile Besseyre et Gaston Carré.

Arrêtée en même temps que son époux, Louise est incarcérée au Dépôt de la préfecture de police.

Son mari fusillé

Le 21 octobre 1942, Raymond Losserand est fusillé au champ de tir d’Issy-les-Moulineaux.

Le 27 octobre, Louise est transférée à camp du fort de Romainville, sur la commune des Lilas.

LIRE LA SUITE

Dévoilement de la plaque en hommage à Robert ENDEWELT

Dévoilement de la plaque en hommage à Robert ENDEWELT

Le jeudi 20 juin à 10 h 45, dévoilement de la plaque en Hommage à Robert ENDEWELT, Résistant communiste FTP-MOI, Responsable du Mouvement de la Paix !
RDV sur la façade de l’immeuble sis au 28, rue Botzaris à Paris 19e- Métro Buttes Chaumont

Châteaubriant : Visite libre de la Carrière des Fusillés

Châteaubriant : Visite libre de la Carrière des Fusillés

Visite libre de la Carrière des Fusillés, 21 septembre 2019-23 septembre 2019

Dans cette carrière 27 hommes ont été fusillés le 22 octobre 1941 en représailles à l’exécution du Lieutenant-colonel allemand Karl Hotz à Nantes.. Aujourd’hui la Carrière des Fusillés rend hommage à ces martyrs de la première heure. La sculpture d’Antoine Rohal qui surplombe le site historique classé exprime la solidarité et le courage de Ceux de Châteaubriant . Inscrite au titre des Monuments Historiques son piédestal intègre 185 alvéoles contenant de la terre récoltée des lieux de Résistance et de Déportation de France et d’Europe. Le parcours mémoriel est complété par une série de 27 stèles portraits de ces hommes morts pour la France.

18 juin 1940: ces résistants juifs ” morts pour la France”

18 juin 1940: ces résistants juifs ” morts pour la France”

Au lendemain du discours du Maréchal Pétain qui appelle à l’arrêt des combats et à la collaboration, le Général De Gaulle,  sur la BBC de Londres, répond en lançant l’Appel du 18 Juin 1940 qui marque l’acte de naissance de la résistance française.

Quel rôle ont joué les résistants juifs dans les différents mouvements de lutte contre l’occupant et les collabos?

Les Juifs ont été nombreux dans les réseaux de résistance française, leur combat fut précoce.

Patriotes, socialistes, gaullistes, communistes, trotskistes, ils participèrent aux différents mouvements de Résistance.

Sauver les enfants, une priorité

Le sauvetage des enfants constituait la première forme d’action entamée par les organisations juives. Grâce à l’Oeuvre de Secours aux enfants (OSE) plusieurs milliers d’enfants ont été sauvés  par leur  déplacement en zone sud.

Les principaux centres d’hébergement se trouvaient en zone sud tels celui de  Montpellier. Au sein du « Comité de Nîmes », l’organisation de sauvetage des enfants réussit à  faire partir trois cents enfants vers les Etats-Unis.

L’OSE disperse les enfants dans les œuvres, familles chrétiennes et laïques. A Lyon, le réseau Georges Garel, créé en août 1942, permit de sauver plus de mille six cents enfants. Garel demanda l’aide de Monseigneur Salièges.

EN SAVOIR PLUS

« Adolfo Kaminsky, faussaire et photographe », la nouvelle exposition du MAHJ

« Adolfo Kaminsky, faussaire et photographe », la nouvelle exposition du MAHJ

Jusqu’au 8 décembre prochain, le Musée d’art et d’histoire du judaïsme, à Paris, rend hommage à l’homme et à son œuvre photographique

Adolfo Kaminsky est un faussaire de génie. Durant près de trente ans, l’homme a consacré son existence à la fabrication de faux papiers.

Jusqu’au 8 décembre prochain, le Musée d’art et d’histoire du judaïsme, à Paris, rend hommage à l’homme et à son œuvre photographique.

Condamné à la clandestinité de par ses activités, ses travaux restent largement ignorés.

Adolfo Kaminsky, aujourd’hui âgé de 94 ans, a commencé à œuvrer pour la résistance française et juive à l’âge de 17 ans, après un passage par le camp de Drancy en 1943 – qu’il pourra quitter quelques mois plus tard grâce à sa nationalité argentine.

EN SAVOIR PLUS