Category: Actualité de la Résistance

Ça s’est passé un… 8 octobre 1943, 17 jeunes résistants du Loiret étaient assassinés par les Allemands, aux Groues

Ça s’est passé un… 8 octobre 1943, 17 jeunes résistants du Loiret étaient assassinés par les Allemands, aux Groues

Le 8 octobre 1943, à l’aube, 17 jeunes résistants du Loiret tombaient sous les balles des soldats allemands, sur le champ de tir des Groues, à Saint-Jean-de-la-Ruelle. C’était il y a 76 ans.

Ils avaient juré de “servir avec honneur, en tous lieux et jusqu’à la libération totale du territoire français”. Ils le payèrent de leur vie.

Au petit matin du 8 octobre 1943, 17 jeunes résistants étaient fusillés par les soldats allemands, sur le champ de tir des Groues, à Saint-Jean-de-la-Ruelle. Ils avaient entre 20 et 38 ans, étaient ouvriers, bûcherons ou cheminots, Orléanais, Loiretains ou Berrichons.

En 2013, 70 ans après les faits, certains ont appellé à se souvenir de “ceux du groupe Chanzy“, dans les colonnes de La République du Centre notamment. Professeur d’histoire à la retraite, membre du cercle Jean-Zay et ancien jury du concours national de la Résistance, l’Orléanais Michel Lesseur faisait partie de ceux-là. À maintes reprises, il avait travaillé sur le sujet avec ses élèves, à partir, notamment, d’un ouvrage publié en 1993 par André Chêne, Ceux du groupe Chanzy.

LIRE LA SUITE

“Le chant des partisans”, un hymne français de la seconde guerre mondiale à l’histoire bien singulière

“Le chant des partisans”, un hymne français de la seconde guerre mondiale à l’histoire bien singulière

AFP

Le mythe voulait que “le Chant des partisans” soit né dans les maquis. Mais la plus célèbre chanson française de la Seconde guerre a été composée à Londres par une Russe fière des exploits de partisans soviétiques, rappelle une exposition à Paris.

La guitare d’Anna Marly, aristocrate née Anna Betoulinsky en 1917 à Pétrograd en pleine révolution d’Octobre et exilée en France peu après et le manuscrit original sont des pièces phares d’une exposition au musée de l’Ordre de la Libération dédiée jusqu’au 5 janvier à la création de cet hymne de la Résistance.

Compositrice, guitariste, danseuse et chanteuse dans les cabarets parisiens, elle prend le nom de scène Marly. La guerre la contraint à un nouvel exil, en Angleterre, où elle tourne dans les cercles russophones résistants et s’engage comme cantinière dans les Forces françaises libres.

C’est en 1942 à Londres, après avoir lu le récit de la bataille de Smolensk qui a marqué l’arrêt de l’offensive allemande sur le front de l’Est en 1941, qu’elle écrit la musique et les paroles en russe de la “La Marche des partisans” qu’elle interprétera elle-même et qui deviendra “Le Chant des partisans”.

Marly, Kessel, Druon

En 1943, Joseph Kessel, fils de Juifs de culture russe, aviateur et romancier et son neveu Maurice Druon écrivent les paroles en français, poussés par le résistant Emmanuel d’Astier de la Vigerie.

Un peuple qui n’a pas de chanson est un peuple qui ne peut pas se battre“, disait Joseph Kessel qui a combattu pendant les deux guerres.

Emmanuel d’Astier de la Vigerie qui avait pour sa part écrit les paroles pour une autre chanson d’Anna Marly, la “Complainte des partisans”, réinterprété en 1969 en anglais par Leonard Cohen, voulait que les auteurs gardent l’anonymat.

Marly, Kessel, Druon qui ont écrit cela à Londres autour du thé et des sandwichs, cela n’apporterait pas beaucoup de crédibilité au chant des maquis. Il faut qu’on s’imagine qu’il surgit de la France occupée et appartient à tous les maquisards“, souligne Lionel Dardenne, commissaire de l’exposition.

LIRE LA SUITE

« Le réseau Shelburn ». Un film pour la mémoire

« Le réseau Shelburn ». Un film pour la mémoire

 

Le cinéma Agora de Châteaulin a présenté, samedi 12 octobre, l’avant-première du film « Le réseau Shelburn », en présence du réalisateur Nicolas Guillou et des acteurs Alexandra Robert et Éric Simonin. À cette occasion, plusieurs animations étaient proposées.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, plus de 10 000 avions alliés tombent sur le sol français. De 1943 à 1944, le réseau Shelburn est mis en place par les alliés et la Résistance française pour évacuer les aviateurs vers l’Angleterre. En plein territoire occupé, le point d’évacuation s’installe sur les côtes bretonnes dans les Côtes du Nord à Plouha (Côtes-d’Armor). Le nouveau film de Nicolas Guillou, « Le réseau Shelburn », évoque la vie de Marie-Thérèse Le Calvez, résistante de Plouha, qui aida à évacuer des aviateurs anglais vers l’Angleterre en 1944.

Le cinéma Agora de Châteaulin a présenté, samedi, l’avant-première du film « Le réseau Shelburn », en présence du réalisateur et des principaux acteurs. À l’extérieur, l’association Bretagne 39-45, basée à Hanvec, a proposé une exposition de véhicules d’époque, dans la salle des fêtes de la rue Balzer, des maquettes d’avions, ainsi que des objets et costumes prêtés par l’association. Frédéric Henoff y a présenté le livre écrit par Yves Genachte, « Les aviateurs de Shelburn ».

LIRE LA SUITE

Lyon : le résistant Jean Nallit fait Grand-Croix de la Légion d’honneur

Lyon : le résistant Jean Nallit fait Grand-Croix de la Légion d’honneur

Il a reçu la plus haute distinction de la République française ce mercredi des mains d’Emmanuel Macron à la préfecture du Rhône.

Résistant durant la Seconde Guerre Mondiale, Jean Nallit a été fait Grand-Croix de la Légion d’honneur ce mercredi par Emmanuel Macron. “Des hommes, vous connaissez le meilleur et le pire. Vous avez connu les héros de la résistance et les bourreaux. Vous avez été un compagnon de l’ombre de Jean Moulin et un martyr de Klaus Barbie”, a débuté le président de la République. Membre du réseau Charrette, dont le chef était le neveu du général de Gaulle, il a participé a la fabrique de faux papiers depuis Lyon. “C’est pas moins de 30.000 faux papiers que vous avez contribué à fabriquer en 3 ans. En fabriquant de fausses identités vous avez contribué à maintenir l’identité profonde d’un pays qui vacillait”, a-t-il salué.

Torturé par la Gestapo, envoyé dans les camps de concentration en Allemagne, lancé dans une marche vers la mort alors que l’Allemagne nazie tombait, Jean Nallit a survécu à tout. “Vous avez su puiser en vous des réservés hors norme de vie et d’espoir grâce à la force d’âme dont un Français est capable pour son pays”, a déclaré Emmanuel Macron. Avant de conclure : “aujourd’hui République française vous rend honneur parce que vous avez contribué a sauver le sien

 

LIRE LA SUITE

Conférence : “La Résistance vue par ses acteurs”

Conférence : “La Résistance vue par ses acteurs”

En partenariat avec le club histoire de Montreuil, l’ADVR vous invite à la conférence de Yves Blondeau

La Résistance vue par ses acteurs

Jeudi 14 novembre à19h30
théâtre Berthelot à Montreuil
6 rue Marcelin Berthelot, 93100 Montreuil
Métro Croix de Chavaux, ligne 9

Yves Blondeau évoquera les grandes étapes de la Résistance intérieure et illustrera ses propos de portraits de résistants connus ou inconnus qui se sont engagés, se sont battus en payant souvent le prix fort, pour libérer la France et construire une société de justice et de liberté.

Y. Blondeau, docteur en histoire, est secrétaire général de l’ADVR, auteur de “Rester debout”, publié en 2014 chez Tirésias, conseiller historique du film de Vincent Goubet : “Faire quelque chose”, sorti en 2013.